Comment savoir si on est gros à 14 ans ?

Durant la puberté, le corps change et votre enfant a du mal à comprendre sa nouvelle silhouette. Voici quelques conseils pour le calmer, équilibrer son alimentation et voir si les kilos en trop sont sur son corps ou dans sa tête.

Lire également : Qu'est-ce qu'un cancer Stade 2 ?

C’est l’été, il fait 30 degrés à l’ombre et votre adolescent est habillé comme l’hiver. Il refuse de te suivre jusqu’à la plage, de mettre un maillot de bain… Votre enfant a probablement un problème d’image. C’est « trop gros », parfois avec raison, mais très souvent c’est juste un léger surpoids qui rend la tâche difficile, même une silhouette absolument normale ! En fait, avec l’enfance, la puberté est le moment où le corps subit la plupart des changements. Et comment ne pas être déstabilisé si vous grandissez de 8 à 15 centimètres par an et que votre poids est inférieur à de cinq ans ! Au cours de la puberté, certains adolescents, surtout des filles, se perdent dans la recherche dangereuse du corps idéal. Blâmez les clichés des top models affamés qui ont été généreusement retouchés, ou sur leur star préférée qui, bien que se disant « bien vivre », fait en privé une orgie de carottes râpées à chaque repas… Ainsi, 80% des filles de plus de 12 ans déclarent être « trop grosses », malgré le fait qu’environ 10% des adolescentes souffrent d’obésité ou de surpoids réel.

A lire aussi : Oui SNCF pour personnaliser votre voyage

Méfiez-vous des régimes sauvages

Près d’un tiers des adolescentes ont déjà commencé un régime « sauvage », ce qui signifie qu’elles sont incontrôlées, mal conduites et souvent trop restrictives. Évidemment, il n’y a rien de mal à limiter votre consommation d’aliments gras ou sucrés pendant quelques semaines pour obtenir les 2-3 kg qui rendront votre enfant plus confortable à la piscine. En revanche, si votre fille souffre d’une « régimite » aiguë, plusieurs risques l’attendent. En sautant les repas et en ne mangeant pas son remplissage, elle crée un « effet yo-yo », c’est-à-dire un gain de poids encore plus important lorsqu’elle rompt le régime. Et les kilos gagnés seront souvent ainsi ! Autre risque, loin des dilemmes esthétiques : s’enfoncer dans des habitudes alimentaires déviantes comme l’anorexie ou la boulimie. Si votre fille n’a pas réalisé ces dramatiques extrêmes, rassurez-la et expliquez-lui que ses courbes plus féminines n’ont rien à craindre ou disgracieuses. À la puberté, sa silhouette est irrémédiablement transformée : ses seins poussent, ses hanches et ses cuisses sont rondes. La faute des hormones ! Chez les garçons, le haut du corps se développe. Et si votre enfant est vraiment en surpoids, ce n’est pas à lui ou à vous de choisir un régime. La transition vers Un nutritionniste est essentiel.

Pour ne pas grossir

Le moyen le plus simple d’éviter de suivre un régime est d’éviter de grossir à nouveau ! Le grignotage est à éviter. Si votre adolescent a faim en rentrant de l’école, préparez une collation pour l’aider à passer le dîner. Le petit déjeuner, on ne le répétera jamais assez, est essentiel. Pour vous en priver, vous risquez de vous jeter au premier paquet de chips ou de chocolat à 11h du matin, mais aussi de moins bons résultats. Pour bannir les autres mauvaises habitudes, remanger à table, manger trop vite ou ne pas bien mâcher les aliments. Si votre enfant saute le déjeuner, il se jette au dîner, ce qui n’est pas éliminé. Et bien sûr, marcher, bouger, sortir, faire du sport… Le mode de vie sédentaire est le meilleur ami de Kilo. Il a quitté la cantine avec ses amis et est allé au fast-food ? Expliquez-lui qu’il ne devrait pas prendre un triple maxi mic mac tous les jours, mais un sandwich au poulet, un burger avec un seul steak, une salade… Glissez un morceau de fruit dans son sac qui est nettement moins calorique qu’une glace ou un milk-shake. Certaines familles alimentaires sont également sans importance. Cela inclut le poisson, la volaille, le yogourt maigre, les fruits et légumes, mais aussi le pain accusé à tort de faire du gras. Évidemment, manger un kilo de pain ou de poulet par jour ne fera jamais perdre du poids à personne… Le régime alimentaire est comme la puberté, complexe !

Questions pour le Dr Arnaud Cocaul , nutritionniste, auteur chez Marie Belouze du livre Kilos Teenager, Marabout Editions, 5,90€

80% des adolescentes sont trop grosses : quelle est la Partagez la fantaisie et la réalité ?

La puberté est une phase de modification corporelle importante et la puberté est une phase extrêmement violente. Les adolescents rêvent d’un corps parfait modelé sur les images brillantes qui les inondent. Mais un jour, la génétique leur rappelle cela et ils réalisent qu’ils n’ont pas le corps, la taille et la poitrine dont ils rêvent. Cependant, seuls 10 à 12 % des adolescents ont un véritable problème de poids ! Ce phénomène est principalement féminin. Les garçons ont une masse musculaire plus développée et croient pouvoir en faire plus pour leur corps grâce à l’exercice.

Quels sont les risques d’une alimentation sauvage ?

L’effet yo-yo : Plus le régime est restrictif, plus la prise de poids est importante lorsqu’elle s’arrête. J’ai également vu des adolescents qui passer à l’anorexie, une pathologie dramatique portée notamment par les blogs « pro-ana ». Je pense qu’il est interdit de parler de régime à un enfant. Pour 4 adolescents sur 5 qui se présentent à la consultation, je ne recommande aucune restriction alimentaire.

Que doivent faire les parents si leur enfant est en surpoids ?

Les parents sont des tuteurs sur lesquels ces adultes émergents comptent. Vous devez fixer des limites et donner le bon exemple. Je leur demande toujours d’assister aux consultations car lorsqu’un adolescent est en surpoids, toutes les habitudes alimentaires de la famille doivent être revues. Ce n’est pas l’enfant qui achète, il n’en a pas le pouvoir d’achat ! Il ne fait aucun doute non plus qu’il est stigmatisé. J’ai récemment rencontré des parents qui préparaient des légumes verts pour leur fils afin de perdre du poids tout en mangeant constamment des légumes. des nouilles… Et l’enfant pouvait les voir essayer leur plat préféré devant eux ! C’est cruel et embarrassant. Je conseille également aux parents de prendre le temps de manger, d’éviter de manger devant la télé ou d’utiliser des assiettes plus petites. Ce sont parfois ces détails qui font la différence.

L’école joue-t-elle un rôle dans l’information sur les aliments ?

L’école ne fait que renforcer l’éducation des parents et ne la remplace en aucun cas. Des cours de cuisine seraient une bonne chose. Les restaurants peuvent également ouvrir leurs cuisines aux étudiants, les enseignants leur montrer des marchés ou les emmener dans les supermarchés puis commenter leurs paniers d’achat… Il reste encore beaucoup à faire, mais je suis convaincu que des initiatives seront prises dans les années à venir.

Calculez votre IMC

Texte

L’indice de masse corporelle est utilisé pour évaluer le physique d’une personne. Attention cependant, l’IMC n’est qu’une indication qui doit être atténuée par d’autres éléments tels que l’âge, la graisse corporelle ou le tour de taille.

IMC = poids en kg/ (taille en mètres) ²

Par exemple, si votre enfant pèse 55 kilos sur 1,62 m : 55/1,62² = 21

En se référant aux normes INSERM suivantes, votre fille sera légèrement enduite lorsqu’elle aura 14 ans, mais parfaitement moyenne à l’âge de 16 ans.

Âge 12 ans 14 ans 16 ans 18 ans

filles 17-18 19-20 20-21 20-21

Garçons 17 18-20 20 21

Est-ce que le sommeil fait grossir ?

Le corps consomme naturellement moins de calories pendant le sommeil. Cependant, les chercheurs ont fait une découverte surprenante : le manque de sommeil augmenterait considérablement le risque d’obésité. Les personnes qui dorment 4 heures par nuit sont 73 % plus susceptibles d’être obèses que celles qui passent 7 à 9 heures dans les bras de Morpheus. Le sommeil combiné à l’activité physique entraînerait la production d’une hormone de croissance qui brûle les graisses. Pour être mince, dors !

Articles de CécileMortreuil

Seniors