Est-ce que le tramadol est une drogue ?

« Tu n’as rien pour moi ? Il est 23h, le groupe d’amis s’est réuni autour de quelques cocktails d’alcool importé. Le dernier retour de l’étranger a apporté un bonus pour les amis dans sa valise. Une pilule blanc cassé initialement prescrite pour une sciatique persistante qui donne le coup d’envoi du groupe avant de poursuivre la soirée dans un club de Mohandeseen. « Le tramadol importé est moins dosé, mais ses effets sont plus rapides et plus stables », explique Ahmed.

« C’est mieux que ce qu’on peut trouver sur place, on ne sait pas ce qu’il y a dedans, c’est assez violent », assure-t-il alors qu’il craque une capsule sur la table en verre.

A lire en complément : Psychologue, psychiatre, psychothérapeute, psychanalyste : quel professionnel consulter ?

Le tramadol, un analgésique proche de la codéine et de la morphine qui est habituellement prescrit pour les douleurs intenses ou après une intervention chirurgicale, a des effets similaires à ceux de l’opium. Il est administré à un patient sans problème de santé et provoque « un sentiment de plaisir, Force, confiance en soi avec effet pendant plusieurs heures. C’est en quelque sorte notre propre captagone, mais pas si fort », explique le Dr Nasser Loza, directeur de l’hôpital Bihnam, qui dispose d’un service de toxicomanie. Plus de la moitié de ses patients sont en cure de désintoxication en raison d’une dépendance au tramadol.

Les effets de récupération ont fait de ce médicament, développé par la société allemande Grünenthal GmbH, le médicament préféré des Égyptiens depuis de nombreuses années. « Je prends du tramadol depuis deux ans », assure Tarek :

Lire également : La téléconsultation d'un psychologue est-elle prise en charge ?

« Normalement, après une dure journée de travail, lorsque j’ai besoin de rester éveillée, concentrée et détendue en même temps. Ou si je n’ai pas dormi depuis longtemps, tu peux continuer après une nuit de sommeil. »

Sans trop de complexes

« De nombreux Égyptiens prennent du tramadol, en particulier les conducteurs de la classe ouvrière et de la classe moyenne, en particulier les bus et les taxis, parce qu’ils gagnent peu, ils doivent travaillent ensemble pendant des heures pour terminer le mois », remarque Sally Thomas, psychiatre.

Nous le transmettons sans trop de complexité, mais d’autres raisons moins connues font du tramadol le numéro 1 du pays. « Je l’utilise également pour des interactions intimes… Le sexe, quoi », dit Tarek bredouille, « ça te fait plus longtemps… » Lorsque le tramadol passe de main en main pour prolonger les journées et égayer les soirées, ses effets secondaires liés au sexe sont très demandés. « Le problème de l’éjaculation précoce est très courant en Égypte », assure le Dr Ehab Khattab, spécialiste de la toxicomanie. « Les hommes fument déjà du haschisch pour lutter contre cela, mais le tramadol est plus efficace pour prolonger la durée des rapports sexuels. Et moins cher », dit-il. Dans une société où l’éducation sexuelle n’existe pas, des dysfonctionnements surviennent inévitablement entre une femme excisée et un homme ivre de pornographie, quelques cachettes sous le manteau.

Jusqu’à récemment, une plaque importée se vendait 25 L.E. (2,50 euros). Un enthousiasme abordable dans un pays où le revenu moyen des ménages est inférieur à 3600 euros par an. Sur le marché noir ou lorsqu’il est rénové par un revendeur qui a acheté des fournitures d’une usine secrète, le prix baisse. Telle est sa qualité.

« Pour moi, le local est un peu trop fort, il vous élève comme si vous fumiez de l’herbe. Lorsque vous prenez un tramadol, vous ne voulez pas être élevé et vous ne savez pas si la consistance indiquée sur la pilule est la même », explique Tarek.

Une révolution pas propre

L’Égypte a connu un premier boom de la consommation en 2004. À l’époque, le tramadol était vendu sans ordonnance, ce qui permettait toujours aux pharmaciens de surveiller, mais la même année Le ministère de la Santé décide de abus pour forcer la soumission d’une commande. Le Dr Nasser Loza était à l’origine de ce nouveau règlement : « Je me mords les doigts, vous ne pouvez pas imaginer qu’il a fait exploser le trafic et le marché noir par les professionnels de la santé eux-mêmes », dit-il en s’excusant. Après la révolution, la substance a connu un deuxième boom. « Avec le tramadol, vous pouvez également affronter vos saloperies », explique Tarek.

« C’est associé à la dépression, ça se sent vraiment mal, beaucoup de gens l’utilisent comme stabilisateur d’humeur, ça fait oublier qu’on est déprimé, en tout cas on n’en a pas envie pendant quelques heures », explique-t-il.

« De nombreuses personnes sont déprimées et influencées psychologiquement par la révolution et cherchent des solutions », explique Sally Thomas.

« Certains sont tellement désespérés qu’ils sont à la recherche d’un soutien. C’est un mécanisme de défense. Les personnes qui tombent facilement dans la dépendance ont cette liaison au tramadol s’est développée d’une nouvelle manière », explique le psychiatre.

Dans un pays en proie à l’affaiblissement de ses institutions et grâce à la porosité de ses frontières depuis 2011, l’achat de tramadol est devenu une transaction banale, quoique illégale. Le Dr Loza assure : « Cela fait un moment que c’est un conseil pour les garçons de café ou les chauffeurs de taxi, il est révélé lors des mariages distribués est parfois distribué ».

« Ce qui s’est également produit, c’est qu’après la révolution, une grande quantité de tramadol est arrivée illégalement de Chine et d’Inde en raison de lois d’import-export mal définies », explique le Dr Khattab.

Les autorités égyptiennes tentent de resserrer la vis, mais les erreurs sont difficiles à corriger. Début juillet, les douanes égyptiennes ont bloqué des cargaisons illégales en provenance d’Asie dans le port d’Ain Sokhna. Plus de 50 millions de pilules sont dissimulées à bord dans des conteneurs de produits conventionnels. Quelques jours plus tôt, l’armée avait déclaré avoir saisi 386 000 pilules après avoir bombardé deux véhicules soupçonnés de traverser la frontière de Gaza par des tunnels. 14 000 pilules supplémentaires ont également été collectées à Salloum, un petit village de la côte méditerranéenne.

Avec le récent durcissement des mesures de lutte contre la traite, principalement dans le nord du Sinaï, le tramadol est devenu plus difficile d’accès au tramadol ces derniers mois. Le prix de la bulle a quadruplé et peut même atteindre 200 EGP sur le marché noir, incitant certains consommateurs à se faire soigner. « 2,4 % des Égyptiens sont toxicomanes », selon le Fund for Drugs, une organisation gouvernementale, « au moins 40% d’entre eux prennent du tramadol ». Un chiffre bien inférieur à la réalité pour les professionnels de santé qui pointent du doigt le tabou. Pas celui qui est drogué, mais celui qui Il perd le contrôle. Surtout avec les femmes.

En 2015, les appels à sa hotline ont augmenté de 51% : 75 000 personnes, dont au moins 30 000 femmes. Funds for Drugs assure qu’une fois le prix du cacheton gonflé, les demandes de traitement ont explosé de 200 % en quelques semaines : « Lorsque le prix d’une substance augmente, les gens cherchent de l’aide. Ça devient de plus en plus difficile de l’obtenir », explique son manager Amr Hosman, « même pour les patients qui ont une ordonnance ailleurs et qui la prennent pour des raisons médicales ». Mais comme ailleurs, le marché évolue. Lorsque le prix du tramadol augmente, le prix de l’héroïne baisse. C’est une boucle, un cercle vicieux, comme l’explique Sally Thomas :

« C’est la loi du marché. Les gens passent du tramadol à l’héroïne, ce qui est bien pire et dévastateur, causant de nombreux problèmes physiques et mentaux. C’est pourquoi ils reprennent le tramadol dès que possible si : les prix baissent. »

Un problème de santé publique qui a un coût : l’année dernière, un budget de 250 millions d’EGP a été réservé à la lutte contre les drogues, en particulier le tramadol. L’armée s’est vu attribuer un fonds supplémentaire pour lutter contre la traite d’êtres humains depuis l’étranger. En avril dernier, la collaboration entre plusieurs ONG d’Arabie saoudite, du Koweït et des Émirats arabes unis a également été lancée sous les auspices des Nations Unies pour poursuivre les efforts régionaux. Mais pour Sally Thomas, le problème vient principalement de l’intérieur :

« L’Égypte manque de programmes d’aide psychologique. Nous essayons de travailler à leur développement car les besoins sont importants. Les personnes sont désormais soignées lorsqu’il est trop tard, dans les hôpitaux, après une crise ou une tentative de suicide, où le surpeuplement est déjà impossible à gérer pour une bonne surveillance. Ce mérite une grande attention à tous les problèmes mentaux auxquels nous sommes confrontés : l’augmentation des suicides, des comportements violents et des troubles mentaux. On peut gagner beaucoup en élaborant des programmes de santé mentale pour traiter la dépression et tous les traumatismes qui en découlent.

»

News