Comment mesurer les signes vitaux et les interpréter ?

Les signes vitaux mesurent les fonctions les plus élémentaires de l’organisme : la température corporelle, la fréquence respiratoire (respiration), le pouls et la pression artérielle. Les professionnels de la santé appliquent ces quatre mesures de différentes manières, et les écarts par rapport aux signes vitaux normaux de l’adulte peuvent être importants pour évaluer l’état de santé général d’une personne, signaler une maladie et surveiller l’efficacité d’un traitement.

Par rapport aux tests médicaux de haute technologie, la mesure des signes vitaux d’une personne est relativement simple et directe, ne nécessitant guère plus qu’un équipement médical de base — un thermomètre, un stéthoscope, un brassard de tensiomètre — et un chronomètre ou dispositif de chronométrage différent. Les informations que l’on peut obtenir se trouvent dans certains les cas peuvent être une question de vie ou de mort, ou tout au moins une question de maladie et de santé.

Lire également : Où trouver des bonnes informations sur l'organisation des obsèques ?

Bien que des facteurs tels que l’âge, le sexe, le poids et le niveau d’activité puissent jouer un rôle dans ce que peuvent indiquer les signes vitaux d’une personne, il existe un consensus au sein de la communauté médicale sur ce qui est généralement normal pour les adultes.

Signes vitaux Résultat normal chez l’adulte
La température corporelle 97,8 à 99,1 degrés F, avec une moyenne de 98,6 degrés F
Fréquence respiratoire (respiration) 12 à 18 respirations par minute
pouls 60 à 100 battements par minute
La pression artérielle 90/60 mmHg à 120/80 mmHg

Température corporelle

La température corporelle peut varier tout au long de la journée, même pour une personne en bonne santé. En général, il est le plus bas au réveil et le plus élevé plus tard dans la journée.

A lire aussi : Quand Faut-il prendre le psyllium ?

Mesure de la température corporelle

La température d’un adulte peut être mesurée oralement (oralement), sous le bras (aisselle) ou dans le conduit auditif (tympan) à l’aide d’un thermomètre numérique conçu pour ces applications spécifiques.

Les valeurs mesurées peuvent varier en fonction de l’utilisation.

  • Oral : La moyenne généralement acceptée La température orale est de 98,6 degrés Fahrenheit, mais la température normale peut se situer entre 97 et 99 degrés. Une température de 100,4 degrés indique le plus souvent une infection ou une maladie.
  • Aisselle : La température des aisselles est généralement inférieure de 0,5 à 1 degré F (0,3 à 0,6 degré C) à la température orale.
  • Tympan : La température de l’oreille est généralement supérieure de 0,5 à 1 degré F (0,3 à 0,6 degré C) à celle de la bouche.

Comment utiliser correctement un thermomètre

Effets sur la santé d’une température corporelle anormale

Une température corporelle supérieure à la normale est appelée fièvre (pyrexie)

et est généralement un signe que le corps essaie de créer un Combattez les maladies ou les infections en tuant le virus ou les bactéries qui les causent. La fièvre déclenche également le système immunitaire de l’organisme.

Les autres causes possibles de fièvre chez les adultes incluent :

  • Certains médicaments tels que les antibiotiques, les médicaments pour la tension artérielle et les médicaments antiépileptiques
  • Maladies liées à la chaleur (par exemple coup de chaleur, épuisement dû à la chaleur)
  • Auto-immune
  • Cancer

Une température inférieure à 95 degrés Fahrenheit peut indiquer que le corps perd de la chaleur plus rapidement qu’il ne peut en produire, une urgence médicale appelée hypothermie dans laquelle le cœur, le système nerveux et les autres organes ne peuvent pas fonctionner normalement. Si elle n’est pas traitée, l’hypothermie peut entraîner une insuffisance cardiaque et respiratoire complète et, finalement, la mort.

La fréquence respiratoire

La fréquence respiratoire fait référence au nombre de respirations par minute au repos. C’est l’un des signes vitaux les plus faciles à mesurer, car il suffit d’avoir une horloge ou une minuterie.

Mesure de la fréquence respiratoire

Pour déterminer votre fréquence respiratoire, réglez une minuterie d’une minute et comptez le nombre de fois où votre poitrine monte et descend jusqu’à ce que le chronomètre se déclenche. Il peut être utile de demander à un proche ou à un soignant de vous aider à mesurer votre respiration, parce que l’observation de votre propre respiration peut vous faire respirer plus lentement que vous ne le feriez naturellement, ce qui entraîne un résultat inexact.

Le nombre normal de respirations par minute pour un adulte au repos est de 12 à 18.

Effets sur la santé d’une fréquence respiratoire anormale

Rythme respiratoire plus lent que la normale (bradypnée) ou rapide et superficiel (tachypnée) ) sont autant d’indices de problèmes de santé possibles.

Causes possibles d’anomalies fréquence respiratoire
Bradypnée Tachypnée
Usage de stupéfiants (à des fins médicales ou récréatives) Fièvre, infection
Consommation d’alcool Déshydratation
Problèmes métaboliques (hypothyroïdie) Maladies pulmonaires (MPOC, cancer du poumon, asthme)
Apnées du sommeil Panique/danger/stress
Certaines affections cérébrales telles que les accidents vasculaires cérébraux ou les blessures Acidose (augmentation de l’acidité dans le sang)
Surdose Surdose

Pouls (fréquence cardiaque)

Le pouls d’une personne est produit par le flux sanguin dans les artères lorsque le cœur bat. La fréquence

Le Le pouls est une mesure de la fréquence à laquelle cette augmentation peut être détectée par minute.

La fréquence cardiaque normale au repos d’un adulte en bonne santé varie entre 60 et 100 battements par minute, bien qu’il puisse y avoir des écarts, en particulier chez les athlètes. Les personnes qui font beaucoup d’exercice cardiovasculaire peuvent avoir une fréquence cardiaque au repos de seulement 40 battements par minute parce que leur cœur est suffisamment fort pour pomper une quantité de sang par battement supérieure à la normale.

Impulsion de mesure

Le pouls est plus facilement ressenti sur le côté du cou, à l’intérieur du poignet (pouls radial) et à l’intérieur du coude, zones où les artères sont proches de la surface de la peau.

Pour mesurer votre pouls au poignet, vous avez besoin d’une montre avec une trotteuse :

  • Utilisez le bout de vos premier et deuxième doigts (jamais votre pouce) pour appuyer fermement mais doucement sur l’intérieur de votre poignet jusqu’à ce que vous ressentiez un pouls.
  • Une fois que vous avez trouvé le pouls, gardez un œil sur votre montre. Lorsque l’aiguille des secondes atteint 12, commencez à compter chaque impulsion (impulsion) en continu pendant 60 secondes (jusqu’à ce que l’aiguille des secondes atteigne à nouveau 12). Vous pouvez également compter 15 secondes et multiplier le résultat par quatre.

Le pouls peut également être mesuré dans le cou, mais il est important de ne pas appuyer sur le pouls de chaque côté du bas du cou, car cela pourrait bloquer le flux sanguin vers le cerveau.

Comment prendre le pouls de quelqu’un

Effets sur la santé d’un pouls anormal

En plus de compter lors de la vérification du pouls d’une personne, il est important de faire attention à sa force ou à sa faiblesse et à sa régularité. La vitesse, la force et le rythme du pouls peuvent en dire long sur la santé cardiaque et peuvent indiquer des signes de maladie ou d’affections pouvant affecter le fonctionnement du cœur

Un pouls lent (bradycardie) peut indiquer :

  • Trouble du nœud sinusal (zone de cellules du ventricule supérieur droit qui contrôle son rythme) : lorsqu’elle provoque des symptômes, la bradycardie sinusale est la raison la plus courante de la nécessité d’une Stimulateur cardiaque, mais rarement mortel.
  • Bloc cardiaque, dans lequel certaines ou toutes les impulsions électriques générées par le nœud sinusal sont bloquées avant d’atteindre les ventricules (les deux cavités inférieures du cœur)

Un pouls rapide (tachycardie) peut indiquer :

  • Nombre de conditions normales dans lesquelles le cœur bat plus vite que d’habitude, par exemple pendant l’exercice ou le stress
  • L’un des deux types de troubles du rythme cardiaque (troubles du rythme cardiaque) : la tachycardie supraventriculaire, qui survient dans les oreillettes du cœur, et la tachycardie ventriculaire, qui survient dans les ventricules.

La pression artérielle

La pression artérielle est la force du sang qui appuie contre les parois des artères à chaque battement de cœur. Les mesures de la pression artérielle contiennent deux chiffres (par exemple 120/80 millimètres de mercure ou mmHg) :

    • Le premier (en haut) est la pression systolique. Il s’agit de la valeur la plus élevée car il s’agit de la pression à laquelle le cœur se contracte.
    • Le deuxième chiffre (ci-dessous) est la pression diastolique. Il s’agit du chiffre le plus faible car il s’agit de la pression à laquelle le cœur se détend.

Mesure de la pression artérielle

Un instrument appelé tensiomètre est utilisé pour mesurer la pression artérielle. Il se compose d’un brassard autour du haut du bras et d’un petite pompe qui remplit le brassard d’air et pousse le bras jusqu’à ce que le cycle soit rompu.

Une petite valve s’ouvre à cet endroit pour permettre à l’air de s’échapper lentement du brassard. Pendant le dégonflage, les professionnels de la santé tiennent un stéthoscope à l’intérieur du coude pour écouter le son du sang qui pulse dans les artères.

Le premier son est la pression systolique, le second est la pression diastolique. Un compteur qui fait partie du tensiomètre affiche les chiffres spécifiques qui correspondent à chacun d’eux.

Effets sur la santé d’une pression artérielle anormale

Les valeurs de pression artérielle supérieures ou en dessous de la normale peuvent indiquer certains problèmes de santé.

L’American Heart Association reconnaît les catégories suivantes de lectures de pression artérielle supérieure à la normale (hypertension) :

Catégorie Mesure de la pression artérielle
Hypertension artérielle Valeurs mesurées variant constamment entre 120 mmHg et 129 mmHg dans la plage systolique et inférieure à 80 mmHg dans la plage diastolique.
Hypertension de stade 1 Valeurs mesurées qui varient constamment entre 130 mmHg et 139 mmHg dans la région systolique ou 80 mmHg et 89 mmHg dans la région diastolique.
Hypertension de stade 2 Valeurs mesurées constamment 140/90 mmHg ou plus
Crise hypertensive Une lecture qui dépasse subitement 180/120 mmHg et reste élevé après cinq minutes lors d’une deuxième mesure Ce stade d’hypertension artérielle nécessite des soins médicaux immédiats.

Quand l’hypertension artérielle est une urgence

Lorsque la pression artérielle est inférieure à la normale (hypotension), cela signifie que le cœur ne peut plus fournir suffisamment de sang à l’organisme. Cela peut être dû à un problème de santé sous-jacent tel qu’une anémie, un problème cardiaque ou une infection. La déshydratation ou la prise de certains médicaments peuvent également entraîner une baisse de la pression artérielle.

Une pression artérielle basse chronique (voire une limite inférieure) peut avoir un effet néfaste sur les reins. Dans de rares cas, une chute sévère peut entraîner une syncope (évanouissement), un choc, un coma et même la mort.

Sources d’articles (certaines sur Anglais)

    1. MedlinePlus est en ligne. Signes vitaux. Mis à jour le 7 février 2019.
    2. MedlinePlus est en ligne. Mesure de la température. Mise à jour le 14 janvier 2018.
    3. Clinique de Cleveland. Signes vitaux. Mise à jour le 23 janvier 2019.
    4. MedlinePlus est en ligne. Respiration ralentie ou arrêtée. Mise à jour le 12 janvier 2019.
    5. L’ American Heart Association. Tout savoir sur la fréquence cardiaque (pouls). Mis à jour le 21 juillet 2015.
    6. MedlinePlus est en ligne. arythmies. Mis à jour le 16 mai 2018.
    7. L’ American Heart Association. Comprendre les mesures de la pression artérielle. Mise à jour le 30 novembre 2017.

Seniors