Qui dirige les agences régionales de santé ?

Étendre des actions sanitaires à travers des agences régionales spécialisées sur un territoire est important. En effet, c’est un moyen efficace pour améliorer l’état de santé des populations à la base. À l’évidence, ces agences sont dirigées par certains professionnels en vue d’une application effective de ces actions. Mais qui sont-ils ? Éléments de réponse !

Un directeur exécutif

La gestion d’une Agence Régionale de Santé (ARS) est sous la direction d’un directeur général qui est nommé à l’issue d’un conseil des ministres. Il porte ainsi le titre de préfet sanitaire. Avec des compétences qualificatives, ce dernier est à la tête de l’organe exécutif au sein de l’agence.

Lire également : Quelles sont les meilleures protéines en poudre ?

C’est lui qui coordonne les différentes actions à mener tout en y afférent les moyens financiers nécessaires. Il est le représentant de l’État par excellence et c’est ce dernier que repose le bon fonctionnement de l’ARS.

Cet acteur majeur du système sanitaire dispose donc d’une équipe constituée de différents professionnels de santé associés à des élus locaux. Celle-ci l’accompagne efficacement dans l’exercice des tâches qui lui sont assignées. Les responsabilités sont ainsi partagées par le directeur doté de ce pouvoir pour la mise en œuvre d’un protocole préétabli.

A voir aussi : Comment devenir infirmière au Québec ?

Un conseil chargé de la surveillance

En vue de s’assurer de la bonne marche des activités au sein d’une agence régionale de santé, un conseil de surveillance est mis en place. Il est composé de plusieurs acteurs de santé, de partenaires sociaux et de certains élus locaux. Il a à sa tête le préfet de région.

Ce conseil a pour prérogatives :

  • d’opiner sur le projet de santé relatif à la région ;
  • d’amendement du budget alloué au projet ;
  • d’apprécier le bien-fondé des actions à mener.

Sans oublier l’appréciation des résultats issus de ses actions.

Toutes ces manœuvres représentent un pilier pour la bonne gestion des activités au sein de l’agence en vue d’obtention de bons résultats. Ces résultats auront pour impact direct la satisfaction des collectivités régionales et le renforcement du système de santé.

Des commissions déléguées sur le terrain

Bien que structurer, la bonne marche des ARS nécessite un relai, une complémentarité dans leurs actions pour une productivité globale. C’est pour cela que les agences mettent en place les commissions déléguées sur le terrain pour assurer un relai adéquat.

En réalité, ces commissions sont composées d’une vingtaine d’agents qualifiés pour relayer les actions des agences. Elles établissent ainsi un système de coordination qui aborde des politiques de santé sur un plan généralisé. Le système scolaire, les secteurs médicaux sociaux ainsi que les travailleurs sont concernés. C’est donc une implication globale qui si elle est bien menée, peut porter de bons fruits.

Par exemple l’hygiène corporelle et les grossesses en milieu scolaire sont des sujets abordés dans les collèges et établissements. Mieux les travailleurs savent comment préserver la bonne santé, quel que soit leur domaine d’activité.

Conclusion

Les agences régionales de santé participent essentiellement à l’application des objectifs de santé du pays dans les régions. Elles sont donc dirigées par un directeur exécutif ayant un pouvoir assez concentré et par plusieurs équipes aussi bien pour le suivi que pour le relai des actions menées.

Professionnels