Quels sont les causes de la dégénérescence cérébrale ?

La dégénérescence cérébrale est une maladie touchant des millions de personnes et causant d’énormes dommages. Celle-ci a de multiples conséquence, et mettent la vie de celui qui en souffre en danger. Quels seraient les causes de cette dégénérescence cérébrale ? En savoir plus.

L’influence de l’âge

La dégénérescence cérébrale, ou dégénérescence frontotemporale (DFT), survient à un âge beaucoup plus précoce (45-65 ans) que la maladie d’Alzheimer chez les hommes et les femmes. Cette maladie atteint 20 à 25 % des personnes dans le monde ayant plus de 80 ans. La maladie se développe à la suite d’une perturbation des cellules nerveuses à l’avant et sur les côtés du cerveau appelées lobes temporaux et frontaux. Les fissures entraînent des changements non seulement dans la capacité linguistique (perte de sens des mots), mais aussi dans le comportement et la personnalité des personnes âgées. Il existe plusieurs formes de dégénérescence frontotemporale :

A lire également : Quels sont les avantages d'un portail santé pour les travailleurs intérimaires ?

  • Atrophie et mort cellulaire dans les zones affectées du cerveau ;
  • hypertrophie.

La dégénérescence frontotemporale ou FTD, y compris la maladie de Pick, est facilement identifiée par la présence de cellules spécifiques appelées « corps de Pick ». Les lobes frontaux et temporaux du cerveau sont touchés, entraînant retrait social, impulsivité, vulgarité, colère, vulnérabilité excessive, négligence physique et, dans certains cas, troubles du langage chez les personnes âgées. Ces symptômes apparaissent généralement avant l’âge de 65 ans chez les personnes atteintes. Cependant, les symptômes peuvent se développer sur 10 à 15 ans. Les personnes âgées conservent leur autonomie. Les symptômes sont plus importants dans le comportement et la parole.

L’alcoolisme

L’alcool peut endommager le système nerveux central ou périphérique en perturbant les fluides membranaires et la transmission nerveuse, ce qui peut survenir à la fois dans la consommation aiguë d’alcool et dans l’alcoolisme chronique, entraînant des complications neurologiques. La maladie aiguë est principalement associée à des troubles métaboliques induits par l’alcool. Dans ces situations, comme pour toute intoxication, une recherche rapide de la cause s’impose, en particulier chez les patients dont la vigilance est diminuée.

A voir aussi : Comment trouver un bon opticien à Narbonne ?

Dans l’alcoolisme chronique, la neuropathie est principalement associée à la toxicité directe de l’alcool sur le cerveau, ces symptômes sont la démence du système nerveux central ou la dégénérescence cérébelleuse, et la neuropathie ou la myopathie se manifeste en périphérie. Cependant, la malnutrition entraîne diverses complications. Un excellent exemple est l’encéphalopathie de Gayet-Wernicke, qui est associée à une carence en thiamine.

Une tumeur

Les tumeurs cérébrales peuvent se développer dans n’importe quelle zone du cerveau. Les tumeurs cérébrales primitives représentent 1 % des cancers et sont la première cause de décès par pathologie tumorale. Ils proviennent de cellules cérébrales résidentes. En outre, les tumeurs cérébrales secondaires résultent de métastases d’un autre cancer qui a commencé à l’origine en dehors du cerveau (généralement un cancer du sein, du poumon, du rein ou de la peau).

Les cellules cérébrales les plus fréquemment impliquées dans le développement de ces tumeurs malignes sont les cellules gliales, on parlera alors de gliomes. Les tumeurs cérébrales ne sont pas héréditaires, mais il existe une prédisposition génétique au sein de la famille d’un patient qui augmente légèrement le risque de développer ce type de cancer, responsable de la prolifération incontrôlée des cellules qui se forment.

Santé