Comment manger pour vivre longtemps ?

C’est peut-être grâce à 1 793 Québécois que nous découvrirons un jour la recette pour éteindre le feu pendant plus de 100 ans. Leur engagement est peu connu du public : Au milieu des années 2000, des personnes courageuses de Laval, de Montréal et de Sherbrooke, âgées de 67 à 84 ans, ont répondu aux exigences de l’étude NUAGE, un projet unique au monde qui vise à mieux comprendre l’impact de la nutrition sur notre vieillissement.

A découvrir également : Pourquoi la chirurgie esthétique est-elle dangereuse ?

« Ces hommes et ces femmes d’une générosité sans bornes l’ont fait pour les générations futures afin qu’ils puissent vivre plus longtemps et en meilleure santé », explique l’un des cinq instigateurs de l’enquête, la pharmacologue Pierrette Gaudreau, professeure au département de médecine de l’Université de Montréal.

Pendant quatre ans, ces quelque 1 800 personnes ont accepté de répondre à des questionnaires détaillés alimentation. Les scientifiques ont soigneusement remarqué ce qu’ils avaient mangé au cours des dernières 24 heures (jusqu’à la prochaine miette !) , la taille des portions, la méthode de cuisson et l’heure à laquelle ils ont mangé leur repas. En outre, ils devaient tous se rendre à l’hôpital une fois par an pour être examinés dans leurs plus petits recoins et subir une armée de tests de force physique et de performance cognitive.

Lire également : Comment faire pour dormir profondément ?

« Cela a donné lieu à une base de données aussi complète qu’on ne la voit presque jamais », explique Stéphanie Chevalier, professeure à l’École de nutrition humaine de l’Université McGill. Comme d’autres chercheurs d’ici et d’ailleurs dans le monde, le nutritionniste utilise cette montagne d’informations, notamment de précieux échantillons de cellules, de salive et de sang, pour déterminer le comportement alimentaire qui a contribué à vaciller au cours des 90 dernières années.

Plus âgés

Les Canadiens, n’ont jamais vécu aussi longtemps — en moyenne 79,8 ans pour les hommes et 83,9 ans pour les femmes, selon les nouvelles données de Statistique Canada. Si les conditions de vie continuent de s’améliorer, le Québec devrait même compter 55 000 centenaires en 2061, contre seulement 1 800 aujourd’hui. « Mais sans les progrès spectaculaires des médicaments et des interventions chirurgicales, je ne pense pas que la longévité progresserait aussi loin », explique Pierrette Gaudreau, experte en biologie du vieillissement. En d’autres termes, nous devons plus à la science qui remonte à nos années que notre comportement vertueux… Et puis un gros inconvénient : une grande partie de ce bonus n’a pas été consacrée aux plaisirs terrestres. Parce que l’espérance de vie en bonne santé, c’est-à-dire sans douleur physique ou mentale importante ni perte de capacités motrices et cognitives ou sensorielles, est bien inférieure à l’espérance de vie : 69 ans pour les hommes et 70,5 pour les femmes. « Mais voici un une alimentation saine peut faire la différence car elle réduit le développement de maladies chroniques très débilitantes telles que le diabète, l’hypertension et les maladies cardiovasculaires », note la nutritionniste Nancy Presse.

Semez vos graines tôt

Il est trop tôt pour parler de l’effet « fontaine de jouvence » de certains aliments — si tel est le cas ! — l’analyse de la collecte des données est toujours en cours. L’équipe de Pierrette Gaudreau aimerait bientôt enquêter sur les causes de décès des participants décédés et tester à nouveau ceux qui sont encore en vie, dont beaucoup ne sont plus agariens. « Une mine d’or pour la science ! « Ça commence.

Sur la base des centaines de recherches effectuées par NuAGE jusqu’à présent, nous pouvons au moins identifier les habitudes associées à l’amélioration de la qualité de vie à long terme. Surtout s’ils ont été acquis tôt. « Le chemin et La façon dont vous mangez à un jeune âge, et surtout à partir de 40 ans, semble fortement déterminer votre état de santé à mesure que vous vieillissez », explique Guylaine Ferland, spécialiste du rôle de la nutrition dans le vieillissement et professeure à l’Université de Montréal. Si vous regardez les études menées sur de grandes populations, vous pouvez constater que les affections qui se trouvent dans la demi-vie, telles que l’obésité ou l’hypertension artérielle, peuvent avoir un impact significatif plus tard. »

Et c’est particulièrement vrai sur le plan cognitif, le père de cet expert en santé cérébrale. Grâce à des mesures, elle a été récoltée par un sous-ensemble de 420 participants à NUAGE et a constaté que les personnes qui consommaient plus de vitamine K – qui est très courante dans les herbes, les légumes à feuilles vert foncé, et l’huile de soja et de colza – ont obtenu de meilleurs résultats dans des exercices qui évaluaient leur mémoire et leur capacité à apprendre. Ils auraient rappelez-vous plus de mots et plus rapidement que ceux dont le menu quotidien était faible en vitamine K. Mais attention, la différence entre les deux groupes ne se décidait pas au couteau : « Les gens veulent obtenir une vitamine miracle pour résoudre leurs problèmes immédiatement, sauf que c’est impossible. Notre physiologie est trop complexe. »

D’autre part, les composants de nos repas semblent être associés à un risque plus faible de démence ou de maladie d’Alzheimer. Et ce n’est pas limité à la vitamine K. « Fondamentalement, nous constatons que plus une personne mange de fruits, de légumes et de légumes gras, meilleure est sa perception à long terme », explique Guylaine Ferland.

Le légume à l’honneur

C’est ce que les scientifiques de NUAGE ont appelé le « régime prudent ». Et ses caractéristiques sont très similaires au régime alimentaire des personnes vivant dans la célèbre zone bleue, ces endroits de la planète où qui comptent un nombre remarquable de centenaires, dont l’île d’Icaria en Grèce, la Sardaigne en Italie et la péninsule de Nicoya au Costa Rica. Il est également très similaire au modèle de régime méditerranéen, qui fait désormais partie du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. De nombreuses études ont confirmé les effets protecteurs de ce régime (riche en fruits, légumes, légumineuses, noix, graines, céréales, huile d’olive…) contre les maladies cardiovasculaires et le cancer.

Toutes ces approches ont en commun de placer les plantes au premier plan. « Ils doivent constituer 50 % de notre assiette pour tous les repas. Et cela exclut les pommes de terre ! » résume Michel Lucas, professeur à l’Institut de médecine sociale et préventive de l’Université Laval. À cet égard, le spécialiste note que les Québécois ont encore beaucoup de chemin à parcourir : plus de la moitié d’entre nous ne consomment pas la quantité minimale recommandée par jour, soit 5 portions (10 ou 800 grammes au total est idéal).

« C’est vraiment une lacune importante qui s’explique en partie par la perception qu’ils n’ont pas bon goût », dit-il désolé. Il dénonce aussi les « publicités stupides » qui véhiculent l’idée qu’il faut faire croire aux enfants que c’est autre chose d’amener les enfants à avaler des légumes. « Cela ne fait pas encore partie de notre culture de les préparer à faire ressortir leurs couleurs et leurs saveurs. Mais s’ils sont bien cuits, pas trop cuits à la vapeur, y a-t-il quelque chose de mieux que des choux de Bruxelles ou des champignons ?

» Selon un récent résumé de 95 études publiées dans l’International Journal of Epidemiology, dix portions de plantes par jour permettraient d’éviter huit millions de décès prématurés par an dans le monde. « Je dis souvent que ce qui tue les gens repose sur deux choses. trop et trop peu », explique Michel Lucas, également chercheur invité à Harvard. Trop peu de légumes, de grains entiers, de noix et de poisson dans votre assiette entraîne une grande quantité de viande, de céréales raffinées, de charcuterie et de boissons sucrées. La mauvaise qualité des aliments est plus mortelle que le tabac, le manque d’exercice et la consommation excessive d’alcool combinés. »

À la portée de tous

Le prix des aliments est la principale préoccupation des Québécois en épicerie, avant même les considérations de qualité et de santé. Ou remplissez votre panier de plantes, comme le recommande le « régime prudent », cela fait mal à votre portefeuille… À moins que vous ne respectiez les règles suivantes :

  • Préfère les légumes et les fruits de saison ;
  • Entreposer les conserves et les provisions au congélateur à la fin de l’été ;
  • Surveiller les remises ;
  • Optez pour des fruits et légumes surgelés en hiver.

Il convient également de noter qu’en théorie, l’ajout de légumes dans l’assiette devrait entraîner une réduction de la teneur en viande. Cela permet des économies (un gros T-bone n’est pas bon marché !).

Ensemble, c’est tout

Pour ne pas vous retrouver au cimetière en avance sur votre temps, est-il plus sage d’adopter le végétarisme, voire le véganisme ? Pas nécessairement, affirme la nutritionniste Stéphanie Chevalier de l’Université McGill. Sans condamner ces pratiques — « qui sont des décisions écologiques ou morales qui sont les mêmes » —, elle va à l’encontre de l’école de pensée actuelle contre la viande. « La viande n’est pas un problème en soi tant que l’on la consomme en petite quantité. Il ne doit pas être la partie centrale du repas, mais un supplément. Trois onces (85 g) de poulet, de poisson ou de viande rouge dans votre assiette suffisent. »

En outre, grâce aux participants à NUAGE, le spécialiste a constaté que le la consommation de protéines (animales ou végétales) à tous les repas est associée au maintien de la masse musculaire et de la force au fil des ans. Cela nous permet essentiellement de conserver notre autonomie le plus longtemps possible, un désir cher à la plupart d’entre nous qui craignent de finir nos jours de vieux alités. Et, bien sûr, rester en forme et actif, surtout sur le plan social.

Parce que cela aide également à faire de vieux os. Peut-être autant qu’une alimentation saine, bien que l’importance relative des divers facteurs qui contribuent à la longévité reste un mystère. Dans son livre fascinant The Village Effect, publié en 2015, la psychologue montréalaise Susan Pinker montre avec des études qui soutiennent que le grignotage régulier avec des amis prolonge les journées de 15 ans en moyenne.

« En général, les personnes qui maintiennent leur réseau social mangent mieux et mieux », note la nutritionniste Nancy Presse, qui gère la base de données NUAGE de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal. En tant que chercheuse, elle est très préoccupée par la malnutrition des personnes âgées, « un problème peu reconnu » qu’elle observe souvent, notamment chez les femmes célibataires. « J’appelle ça une tasse de thé et un toast. » Faute d’argent ou de motivation pour cuisiner, beaucoup se contentent de quelques bouchées dans un coin de la table et finissent par fondre comme de la neige au soleil. « Les gens pensent qu’il est normal de perdre du poids en vieillissant, mais c’est tellement faux. Le fait de ne pas manger suffisamment entraîne une perte de masse musculaire et une diminution de la fonction immunitaire. »

Sa collègue Pierrette Gaudreau insiste également sur l’importance de rencontrer d’autres personnes. « Même si le goût est plus ou moins au rendez-vous, il faut appeler ses amis, aller au restaurant… Parce qu’au-delà de la nourriture, ils nourrissent les interactions sociales précieuses réduisent l’appétit pour la vie. »

Tu te voles pour la dernière fois ?

L’un des outils les plus puissants que les chercheurs aient jamais vus pour prolonger la vie est la restriction calorique, ce qui signifie limiter la consommation alimentaire à long terme. « Les résultats pour les animaux sont spectaculaires », explique la professeure en nutrition Guylaine Ferland.

Les rats ayant reçu un régime strict mais équilibré avec 40 % de nourriture en moins vivaient en moyenne 30 % plus longtemps que les rats ayant un accès illimité à leur grignotage. « Ils sont restés minces sans être minces et paraissaient beaucoup plus jeunes même à un âge avancé. De plus, leurs fonctions cérébrales ont été préservées, tandis que d’autres ont connu une baisse de leur cognition. »

D’autres scientifiques ont essayé l’expérience depuis la découverte de ce mécanisme fascinant de l’organisme dans les années 1930. En dessous entre autres chez les singes rhésus et, plus récemment, chez les lémuriens. La même conclusion à chaque fois : les animaux moins nourris vivent plus vieux et portent leur jeune fourrure jusqu’à la fin de leur vie.

Pourquoi ? « C’est la question de 10 millions de dollars », explique Guylaine Ferland. Parmi les possibilités les plus sérieuses, se priver de nourriture maintient l’alerte de l’hormone de croissance, responsable du maintien de la gestion des muscles et des graisses, et ralentit l’oxydation cellulaire. « Mais nous ne comprenons pas encore vraiment comment procéder. actions. Sinon, quelqu’un aurait développé la pilule qui imite ces processus !»

Et il n’y a aucune garantie que la restriction calorique fonctionnera à la fois pour les humains et les animaux. Jusqu’à présent, seul un travail modeste a été fait aux États-Unis avec « Cronies » (limiter les calories avec une nutrition optimale), une poignée de personnes courageuses qui représentent 30% des Le ministère de l’Agriculture des États-Unis a supprimé les calories recommandées de son assiette tout en s’assurant qu’elles ne manquent pas de nutriments. Il semble que même dans la cinquantaine, ces personnes ont un métabolisme remarquable et un corps jeune.

Au Japon, où l’on trouve la plus forte concentration de centenaires au monde (37 pour 100 000 habitants, contre 17,4 pour 100 000 habitants au Canada), certains pratiquent une forme plus modérée de sevrage alimentaire appelée Hara Hachi Bu. Cette approche philosophique consiste à manger encore 80% de sa faim. Pour te laisser un petit trou tout le temps.

Oui, mais regarde ma tante Gertrude !

Nous connaissons tous un parent ou un voisin qui a passé toute sa vie comme si c’était Noël tous les jours avant de mourir à l’âge de 99 ans le sourire aux lèvres, en même temps que sa dernière cigarette. Et il y en a toujours qui comme exemple pour mettre en perspective l’importance d’un bon repas. Dans la recherche, cependant, nous travaillons avec des probabilités au niveau de la population et non au niveau individuel, explique la nutritionniste Nancy Presse. « Oui, une personne qui mange bien peut mourir d’une crise cardiaque à 60 ans, mais si nous étudions les schémas de groupe plus largement, nous constatons que leur risque est inférieur à ceux qui ne font pas attention », dit-elle.

Bernie Kelly 89 ans, Beaconsfield

Peintre, actrice au département de médecine de l’Université McGill

Son quotidien Bernie a pris sa retraite il y a 10 minutes après une carrière d’infirmière en chef à l’hôpital Douglas de Montréal. « J’avais l’impression de ne plus rien être ! J’ai trouvé ça difficile. « Alors elle… Comédienne. Elle joue des personnages patients avec des stagiaires en médecine pour les aider à démarrer leur développer des compétences sociales. « J’ai besoin de sentir que je peux encore apporter une contribution à la société. C’est important pour l’estime de soi. » En dehors de cela, elle expose ses toiles, participe à un club d’écriture, et s’occupe de son immense maison à deux étages. Divorcée depuis une trentaine d’années, elle tond elle-même la pelouse, lave ses vitres et rénove… « C’est le meilleur exercice !

Son régime» « zéro fanatisme alimentaire ». Pour les lunes, elle s’est enfuie comme du pain choléra, du beurre, du dessert… « Cela m’a fait me sentir moralement supérieur au fait d’arrêter de fumer ! « Elle a depuis changé d’avis. Bernie mange beaucoup de légumes et n’abuse pas des sucreries, mais parfois elle tombe amoureuse d’un petit poulet frit du Kentucky… Et elle s’occupe de ses deux verres de vin le soir. « Certains se limitent tellement qu’ils n’acceptent plus les invitations à dîner. Ça les fait n’est pas une faveur, car du point de vue de la santé, profiter de la nourriture et socialiser est tout aussi important que la valeur nutritionnelle des aliments. »

Son credo Bernie n’a jamais entendu sa mère dire : « Je ne suis pas en mesure de faire ça ». Cette attitude volontaire l’a profondément influencée. « Je ne fixe aucune limite tant que je n’ai pas essayé. Cela joue un rôle dans ma bonne forme, j’en suis sûr. »

Alice Cole, 85 ans, Montréal

Championne du monde de l’épreuve du 800 mètres dans sa catégorie d’âge

Son quotidien

Un mot : entraînement. -Tous les jours. Il le faut, car ce retraité de Bell Canada participera bientôt au marathon de Malaga, en Espagne. Le verbomotriz, divorcé depuis près de 40 ans, relève des records du monde et des médailles. Alice, athlète de longue date, dit avoir toujours eu en elle une énergie qu’elle ne peut satisfaire. En Espagne, elle a décidé de frapper une Japonaise de son âge qui lui souffle le cou. « J’aime courir, mais quand je ne suis plus premier ou deuxième, je ne sais pas si je pourrais continuer. »

Votre alimentation : sans lactose, sans gluten, faible en gras, riche en fibres et en noix. Alice est un modèle d’ascèse. Céréales de chia, boisson de soja biologique, baies de goji… « Il faut que je mange mieux à 85 ans ! « Son père est décédé à l’âge de 56 ans des suites de problèmes cardiovasculaires. Comme lui, elle a un taux de cholestérol élevé, mais son style de vie exemplaire l’empêche d’en payer le prix. « Je n’ai qu’une petite erreur : je suis un peu sourd !

Son credo Alice a eu son lot d’accidents — un grave accident de voiture il y a trois ans et un autre dans un avion dans les années 1970, dont l’histoire est même parue dans Reader’s Digest. « La motivation et la détermination guérissent tout », dit-elle.

Phyllis Lambert, 91 ans, Montréal

Architecte, mécène et sculpteur

Vie quotidienne La fondatrice du Centre canadien d’architecture maintient un mode de vie sain qui lui permet de célébrer sa 76e année d’activité professionnelle consacrée à la rédaction d’un livre et son implication au sein de divers conseils d’administration. Plusieurs fois par semaine, elle fait des exercices pour améliorer sa force musculaire, son équilibre et sa coordination. « L’objectif est de lutter contre les raideurs. Comme on dit, utilisez-le ou perdez-le ! « Et elle s’occupe de ses neuf heures de sommeil. « C’est une habitude qui remonte à mes études d’architecture. J’ai découvert que j’étais capable de travailler encore plus fort par la suite. »

Son alimentation Quand elle a découvert le yoga à l’âge de 60 ans, cela a changé son alimentation. Elle a du café et de la viande interdit. « Mais je ne suis pas rigide. Je mange du poisson. » Boissons aux fruits et aux amandes pour le petit déjeuner ; plats indiens, coréens et italiens pour le déjeuner et le dîner, en évitant le riz et les pâtes. L’alcool est réservé aux soirées entre amis, et de temps en temps elle s’offre un plaisir coupable : le chocolat noir.

Son credo « Le vieillissement n’est pas agréable quand on fait les pommes de terre du canapé. Je ne m’installe pas dans cette discipline pour vivre le plus longtemps possible, mais parce que j’ai encore beaucoup de travail à accomplir et j’ai besoin de toutes mes compétences pour cela. Pour moi, le travail est essentiel. Tout le reste est essentiellement aléatoire. »

Cécile B. Gagné, 96 ans, Québec

Infirmière à la retraite, travaille dans le domaine des soins palliatifs depuis 35 ans

Son quotidien Au bout du fil, la voix est si jeune qu’on se demande si on a composé le bon numéro. Sans oublier la bonne humeur de cette coquette, veuve depuis 10 ans et qui ne sort jamais sans rouge à lèvres ni fard à joues, encore moins « vêtue de vêtements mal coordonnés ! « La femme que nous appelons Madame Tendresse travaille à améliorer les soins de fin de vie depuis les années 1980. C’est en partie à cause de son impitoyable que nous devons à la Maison Michel-Sarrazin, un centre hospitalier de Québec où les patients vivent leurs derniers jours. Leur nouvelle bataille : l’aide médicale en cas de décès pour la maladie d’Alzheimer, une question délicate car les patients ne peuvent pas poser de questions claires à ce sujet, comme l’exige la loi. « Je veux que nous changions cela. Cette terrible maladie a emporté beaucoup de mes amis. »

Son alimentation Cécile a toujours aimé manger et elle cuisine avec talent – ses cuisses d’agneau des prés salées la rendent célèbre. Mais elle prêche à la modération. À part quelques « Extravagances » en été, elle n’en fait pas trop dans son chalet et n’a jamais fumé. Elle s’épanouit sur le thé vert, dont elle fait l’éloge, et ne crache pas sur une petite boule de crème glacée à midi — « ça améliore un peu le gâteau sec ! « Avec ses amis, qu’elle reçoit chaque semaine, elle s’offre un verre de vin ou de porto, « parce que c’est tellement délicieux ».

Son credo C’est sa joie de vivre qui l’a mené à travers les décennies avec vigueur. « Parce que ce n’était pas très excitant du côté de l’hérédité. Mon père est mort d’une crise cardiaque à l’âge de 30 ans et ma mère est morte à 65 ans ! « Dans sa jeunesse, le médecin l’a même empêchée de devenir pensionnaire au collège parce qu’elle était convaincue d’avoir une santé fragile. « J’adorerais le voir aujourd’hui ! « Elle est aux prises avec des vertiges sévères et s’adapte à sa réalité sans trop penser à l’âge. « Je ne sais pas ce que c’est d’être jeune, d’être vieux… À l’intérieur Je suis toujours le même. Ça va passer si vite !»

Hélène Champagne-Desmarais, 90 ans, Lanoraie

Ancien restaurateur et retraité de CSN

Elle connaît le quotidien du Tout-Lanoraie : Hélène, qui parcourt le village en scooter et porte son manteau Harley-Davidson, est très investie dans sa communauté. « Je m’occupe des personnes âgées. Ça fait rire le monde parce que j’ai le même âge qu’eux ! « Preuve que le travail ne tue pas, elle a tenu un restaurant sur la route 138 — Le Capri — 120 heures par semaine pendant 20 ans. « J’ai même ouvert le soir pour les petits gars d’Hydro-Québec qui avaient faim. » À 55 ans, elle a été embauchée par la CSN pour faire de l’entretien ménager. « J’ai toujours eu du mercure, je dois me déplacer. Quand j’étais petite, ma mère m’attachait à ma jambe avec un drap du four pour que je puisse me calmer. » Aujourd’hui encore, Hélène monte encore sur la table pour laver son éventail. « Je fais ça intelligemment parce que ma famille n’aime pas ça !

Son alimentation» Hélène cuisine « big food » : rôti de porc aux pommes de terre jaunes, fèves au lard, steaks sur le gril. Elle fabrique ses propres crétons. Elle n’aime pas trop les légumes. Son beau-père a déclaré que les plantes « c’est particulièrement bon de regarder le monde passer, elles ne se renforcent pas ! « Elle tient le médecin en échec tous les jours avant d’aller se coucher grâce à sa pomme. De Kuyper Gin ne fait aucun mal en cas de « trouble » dans la gorge.

Son credo « Chaque matin, je me dis : « Hélène, habille-toi, monte à bord, puis pars ! « Si nous nous écoutons, cela fera mal partout. « Elle vit seule depuis qu’elle est veuve, mais tout le monde l’aide et la chouchoute. Elle a été malade une fois dans sa vie il y a neuf ans — un cancer du côlon. Mais c’était était son lien avec les autres qui l’ont maintenue au bord de la vie, dit-elle.

Annette Côté-Savoie, 108 ans, Deux-Montagnes

Féministe dès le début, fondatrice d’une bibliothèque municipale

Vous avez plus d’un siècle sur votre horloge sans perdre une miette de votre swing ? Tu dois le faire. Annette suit l’actualité de près et rédige ses mémoires. Sur l’ordinateur, pas comme ça. « Mes enfants savent donc ce qui s’est passé au cours des 100 dernières années. Mais je n’écris pas tous les jours, je suis un peu paresseux ! « Nous n’y croyons pas — sa fille Marie Savoie souligne comment sa mère a lutté contre la pauvreté toute sa vie. C’est elle qui a fondé la Caisse populaire et la bibliothèque publique de Deux-Montagnes. « Elle n’a pas démissionné, c’est une dirigeante qui voit ce qui doit être fait et qui passe à l’action ». veuve et a toujours dénoncé les inégalités entre les sexes. « À l’âge de sept ans, je me disputais déjà parce que ma jupe m’empêchait de gagner de l’argent en servant la foire ! Je rebondis comme un bouchon dès que j’entends parler un macho. Les gens ont peur de se qualifier de féministes. Cependant, nous ne demandons qu’à être à côté des hommes, ni en arrière ni en avant. »

Votre alimentation Les recettes pour défier le temps, le centenaire n’y croit pas. Selon elle, c’est un coup de chance. « Je devais avoir de bons antécédents quand je suis né. Quand est la grippe j’étais le seul d’une famille de 11 personnes à ne pas le comprendre : « Elle n’a jamais fait beaucoup attention à sa santé. « Je mange comme tout le monde : légumes, viande, fruits, pâtes. Et j’ai bon appétit !

Son credo» « Je dis toujours aux gens qui vieillissent : « Aujourd’hui, soit le jour d’hier. Et n’arrêtez pas de travailler ! « Ce n’est pas vrai que nous sommes « finis » et « incapables ». Nous devons continuer à nous intéresser au monde qui nous entoure.»

Santé